Népal

CAMPAGNES DE CONSERVATION

Grâce au contrat de partenariat signé entre le CPPR et le Red Panda Network (RPN), nous avons pu mettre en place différentes actions pour la conservation du panda roux dans son milieu naturel et plus précisément au Népal.

Suite à la « mission Népal » menée en 2018 par Hélène et Alexis, nous avons pu cibler des campagnes que nous pouvions mettre en place depuis la France et ainsi répondre aux besoins sur place de manière concrète.

Nous avons donc décidé d’agir en priorité pour la protection des sites où nous nous sommes rendus : Patmara et Sinja. Ces communes situées dans le district de Jumla à l’ouest du Népal bénéficient depuis peu de l’aide apportée par les programmes de protection mis en place par le RPN.

Campagne de reforestation

Après un triste constat de l’état des forêts , nous avons conclu qu’il était urgent de reboiser une parcelle entière sur le site de Patmara, en priorité.

Ce site abrite une population de panda roux prospère, entre autres espèces, toutes aussi menacées. Mais cette immense forêt comporte deux problématiques causées par la déforestation :

  • le manque de bambouseraies, principale ressource alimentaire du panda roux.
  • Une parcelle trop déboisée pour permettre à la faune une dispersion correcte , ce qui cause à court terme un risque de consanguinité ou encore de trop forte prédation.

Pour permettre de corriger ce problème, nous avons donc lancé la campagne « Adopte un Arbre », que nous appelons «AuA». Le principe est simple : proposer sur nos stands ou sur notre e-boutique de parrainer un arbre à hauteur de 1,50€, pour le financement d’un plant destiné à reboiser la parcelle en question. Cette somme comprend le coût du plant, son transport, et la rémunération perçue par la personne qui le replantera sur site.

En retour, le parrain reçoit, s’il le souhaite, un certificat d’adoption symbolique, ainsi que la possibilité de recevoir par e-mail des nouvelles sur l’avancée des plantations.

Différentes essences ont été sélectionnées afin d’assurer le succès de ce programme:

  • Beaucoup de conifères, du fait que sur ceux-ci pousse un lichen orange permettant aux pandas roux de se camoufler dans la journée ;
  • Des bouleaux de l’Himalaya, étant donné que leur écorce s’effrite naturellement, celle-ci sera utilisée pour la fabrication de papier ;
  • Évidemment des variétés de bambous, pour assurer une alimentation convenable aux pandas ;
  • Mais aussi des rhododendrons, des arbustes, des buissons … etc, afin que toute la faune locale puisse bénéficier de ces environnements.

En 2019, notre première campagne «AuA» a permis de parrainer l’équivalent de deux hectares ! Ces plants ont été acheminés par les équipes du RPN et ont pu être mis en terre par les habitants de Patmara. Nous remercions tous les parrains ayant permis le succès du programme.

crédit photo : Red Panda Network

Il est aussi très positif de noter l’intérêt du grand public pour la préservation et la réhabilitation des forêts sur notre planète. Cela nous encourage à poursuivre la campagne afin de restaurer au maximum les territoires forestiers du panda roux, car il reste beaucoup à faire.

Campagne de vaccination et de stérilisation des chiens errants

Les chiens utilisés par les éleveurs de bétails se reproduisent de façon anarchique et sont la cause d’une population toujours plus grandissante de chiens errants dans les plaines et montagnes du Népal. La culture, en majorité bouddhiste et hindouiste, procure à toute créature vivante une certaine bienveillance de la population, ce qui permet aux chiens de vivre en toute confiance aux alentours des villages.

Etant à l’origine des chiens de troupeaux, ces animaux ont donc un parfait instinct pour surprendre la faune sauvage et causer des dégâts comme des blessures mortelles ou encore la transmission de maladies et parasites (maladie de carré, rage…) . En l’absence de mesures de gestion, les chiens errants apparaissent donc comme une des principales menaces pour le panda roux, il est donc urgent d’intervenir à ce niveau.

Pour cela, le RPN souhaitait mettre en place une campagne de capture des chiens errants afin de procéder à leurs stérilisations et vaccinations.

La stérilisation permet certes de limiter la reproduction de ces animaux mais également de baisser les taux d’agressivité. En l’absence de chiots, les femelles ressentent moins de pressions. Quand au mâle, la castration a pour effet de limiter le taux de testostérone et donc de diminuer les comportements indésirables.

Les vaccins quant à eux confèrent une protection multiple, puisqu’en plus d’être bénéfiques pour les chiens concernés, ils protègent aussi les populations locales et, bien sûr, la faune sauvage, en évitant la propagation de maladies.

Notre association a donc souhaité apporter son aide pour mener à bien cette campagne de grande envergure, notamment d’un point de vue matériel. Nous avons listé les besoins en équipement et organisé une collecte auprès de nos partenaires en France.

Les vétérinaires de parc animaliers ont répondu largement présents pour cette aide logistique en nous faisant parvenir des outils adaptés aux besoins :

  • harnais et laisses pour les contentions
  • matériel médical : bande gaz, compresses, solutions ophtalmiques, poudres hémostatique, pansements post opératoire.

Pour cela , nous souhaitons remercier Rosemary , vétérinaire au parc animalier le Pal, qui a organisé la collecte de matériel !

En 2019, les prémices de la campagnes ont déjà permis de vacciner efficacement près de 700 chiens.

Collaboration auprès des populations locales

Il est important de comprendre que l’association œuvre pour la protection du panda roux dans son habitat en totale collaboration avec les habitants des sites concernés. Les alternatives écologiques et économiques proposées par le RPN aux populations locales permettent une nette amélioration des conditions de vie, et permet le succès des mesures mises en place.

La participation active des habitants aux programmes de conservation permet en outre d’assurer un avenir plus serein pour tous, tant sur le plan économique qu’écologique.

Nous aussi avons souhaité aider ces populations locales, en récoltant par exemple des vêtements chauds et des chaussures adaptées à la haute montagne, pour les gardes-forestiers, ou encore en offrant un purificateur d’eau à l’école de Sinja, car là-bas, l’eau n’est pas potable, et les gens doivent la bouillir avant de la boire (et donc prendre du bois pour allumer un feu…)

purificateur d’eau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *